KitchenDiet : test et confirmation de mon désamour

Bien le bonjour !

J’ai pris un peu de distance avec Gloss à Moelle ces derniers mois ; j’en ai profité pour faire le vide, et surtout pour faire le plein de bonnes expériences de vie. Je me suis concentrée sur ce que j’avais de plus urgent à traiter au quotidien, pour mieux revenir vers le blog. J’espère que vous avez bien profité des fêtes de fin d’année et que vous attaquez 2017 avec la juste dose de niaque et de plénitude qu’il faut.

Parlons fêtes de fin d’années justement : elles ont été chargées en bonne chaire pour ma part cette année. Sans trop abuser des bonnes choses, je me suis sentie plutôt « lourde » toute la période de l’avent. Et que je goûte des plats sur les marchés de Noël, et que je fais des biscuits de Noël, et que je bois des chocolats chauds à la crème fouettée… Et bim ! Un kilo de plus sur la balance (à la limite ça, je m’en fous, je suis déjà en surpoids, ça ne va pas m’affoler), et surtout une sensation d’être boudinée, et une grande envie de manger light.

D’habitude, je me contente de me reprendre en main artisanalement : plats légers, cuisine sans graisse, quantités réduites, apports de fruits et légumes en plus, diminution des sucres. Le truc habituel qu’on fait tous, quoi.

Là, j’ai eu l’occasion de tester KitchenDiet, une marque qui propose des programmes de menus lights préparés, livrés directement chez soi ; j’ai toujours eu un peu de réticence pour ces programmes qui ont quand même un budget conséquent pour des plats industriels… Mais, j’ai eu envie de tester une semaine de menus, tout simplement parce que l’idée de se reprendre en main sans avoir à cuisiner, c’est quand même bien cool quand on bosse en hôpital avec des horaires compliquées, et qu’on n’a pas de temps à perdre (Coucou, le lever à 5h00 du mat… Coucou, rentrer chez soi à 21h30 !)

Ni une ni deux, j’ai foncé sur le partenariat. Je voulais croire que j’allais changer d’avis sur la bouffe industrielle ; la communication autour de ce produit est bien faite, les représentants sont bien présents, et connaissent parfaitement la diététique, ce qui est quand même rassurant ; on ne peut pas dire que c’est une programme « arnaque », comme le sont certains. Non, au contraire : l’organisation est très bien faite, on peut joindre facilement des conseillers qui nous soutiennent et nous aident avec les questions pratiques ou techniques.

Sur le site, tout semble appétissant, bien présenté, et terriblement bien organisé et équilibré…

J’ai entamé la semaine de menus avec enthousiasme, pourtant très vite, je me suis fait quelques remarques. La minceur exige de manger de petites portions d’aliments, mais les plats sont vraiment trop petits pour moi : je travaille debout, mon travail est très physique (soigner, laver, habiller et soulever des patients), et je ne tenais pas avec de si petites portions ; j’avais faim en permanence et même les collations ne me rassasiaient pas. Il m’aurait fallu au moins 150 grammes de féculents en plus le midi, par exemple, pour avoir une pleine satiété.

J’ai aussi noté que les saveurs et textures étaient très industrielles ; sauces gluantes dont je ne parvenais pas à deviner les ingrédients, poulet élastique, courgettes sans goût, soupes « farineuses »… Pourtant, à regarder de plus près sur le site KitchenDiet, il semble qu’un grand nom de la cuisine soit derrière les fourneaux… Je dois être vachement difficile alors.

Qu’en dit la marque ? « Les plats KitchenDiet sont des plats frais cuits sous vide à basse température. Contrairement à l’appertisation des plats industriels qui surcuit et dégrade les ingrédients, notre méthode préserve le croquant et la saveur des légumes. Vous pouvez même les congeler. »

Ben moi, je voulais bien y croire, à ce goût préservé.

Et, finalement, j’ai abandonné à l’aube du 5ème jour de diète, pour me préparer un bon filet de saumon à la vapeur et du bon riz aux légumes du marché. J’ai terminé mon test avec la réflexion que j’avais eu la chance de ne pas payer ces six jours de menus, puisqu’il s’agissait d’un partenariat, mais que j’aurais eu les boules d’y mettre le prix.

Je reconnais à KitchenDiet une qualité pratique : ne pas avoir à se casser la tête et manger des repas tout prêts est quand même ce que la plupart d’entre nous recherche aujourd’hui, et ce programme peut être utile à ceux qui sont peu tatillons. J’ai cru que cette semaine de menus pouvait me plaire grâce à cette qualité pratique, et que j’arriverais à faire l’impasse sur le côté industriel, chose que je regrette.

Petit aparté sur le poids et le contrôle des calories :

En ne mangeant que 1200 calories par jour, on perd du poids, ce qui est normal puisque c’est un indice calorique en dessous des besoins de celui du corps et du cerveau (oui, le cerveau a besoin de calories pour fonctionner), qui est d’environ 2000 calories maximum pour une femme. Pour ma part, étant en surpoids depuis toujours, le risque de me cantonner à 1200 calories seulement et de perdre du poids très vite, c’est de reprendre du poids encore plus rapidement au moindre aliment gras ingéré (fêtes, écarts…). Je le sais, puisque c’est ce que mon corps s’amuse à me faire, depuis toujours.

Avec le recul, je n’aurais pas dû tenter l’expérience, et je préfère maintenant contrôler mon poids sans dépasser les calories de base dont mon corps a besoin, ne plus m’affamer, et choisir des aliments frais moi-même (ça me coûte juste de devoir me bouger les fesses pour cuisiner… hahaha).

Pour finir, je reste persuadée qu’un tel programme ne peut pas se tenir sur un long terme et je recommande de le tester sur une seule semaine grand maximum, le temps d’une perte de petit ventre de Noël !

  signature-fanny

2 Comments

  • J’ai testé un de leurs concurrents, et franchement les plats étaient tout pas bons (du genre, même mon chien n’a pas voulu de certains plats, true story).
    A l’époque on ne te présentait pas ça comme un régime mais plus des plats équilibrés pour dépanner. Ce qui m’intéressait. Au final pour dépanner rien ne vaut les plats WW qui sont franchement pas degueux.

  • Ton avis m’a bien intéressée. Je ne peux pas suivre ce genre de menus, sachant que je suis assez difficile et que je ne mange absolument pas de viande. Ceci dit je suis attirée par la facilité du concept et le côté équilibré. Mais je ne pense pas que je prendrai beaucoup de plaisir à manger ce genre de plats…
    Je préfère me prendre des petits plats tous simples en grandes surfaces quand je veux dépanner.
    Bisous

Laisser un commentaire :