Tout mon roux : soins spécifiques, bains d’huiles, chouchoutage

RED

Instant confession : j’ai craqué. Après seulement 5 mois de blond vénitien, je suis repassée au roux flamboyant. J’ai adoré mes cheveux méchés de blond et de cuivré doré, ça me donnait un air plus sage… Mais purée quoi, le roux qui claque, c’est quand même sacrément moi. Et puisque je n’écris pas trop d’articles « cheveux » et que ça vous manque un peu (d’après un sondage que j’avais lancé en septembre sur la page facebook du blog), j’ai décidé de vous raconter comment j’entretiens mes cheveux, et particulièrement mon roux.

Pour cette saison, le roux que j’ai choisi est ultra-flashy. Je l’avais déjà testé ; c’est une coloration mousse sans ammoniaque de la marque Schwarzkopf, qui coûte environ 8 euros dans les supermarchés. Pas d’effet de surprise : la teinte correspond à l’image (photoshopée) de la boîte.

RED2

Petit aparté : je lis beaucoup de choses sur les colorations, et il y a une légende urbaine qui ne cesse de circuler ; avec les colorations de supermarché, on n’obtiendrait jamais la teinte du packaging. Je m’insurge : pour toute coloration, il faut tenir compte du cheveux qu’on a déjà. Une nouvelle coloration ne remplace jamais d’anciens pigments : elle s’ajoute à ceux-ci.

Bon : pour obtenir un roux si on n’est pas blonde ou châtain, comment qu’on fait ? Deux solutions s’offrent à toi : décolorer tes cheveux ou faire un « gommage » de la couleur (et là, je ne suis pas du tout calée, j’ai toujours refusé d’en passer par là), ou bien prendre ton mal en patience et refaire ton roux toutes les quatre-cinq semaines : au bout de deux à quatre fois, tu obtiendras enfin la couleur de tes rêves (c’est ce qu’il m’a fallu faire lorsque je portais les cheveux violine et que je les ai souhaité cuivrés).

Et voilà Ariel, tu connais maintenant les grandes lignes de ma couleur. Avoir un beau roux c’est fastoche, mais l’entretenir par contre, faut y penser : comme toute couleur, les tons cuivrés, rouges et acajou méritent de l’attention… et j’ai envie de dire, bien plus encore. Le roux c’est magique, ouais, mais quand ça délave ça fait quand même vieille hippie-au-henné sur le retour, je te jure, manque plus que l’attrape-rêve autour du cou et c’est bon. Et c’est une couleur qui jure tellement avec les repousses racines (qu’elles soient blondes, châtain ou brunes…), qu’il faut vraiment prendre quelques bonnes habitudes entre deux colos… voici les miennes !

REDRED

 Laver ses cheveux avec douceur

Ce n’est que mon avis, mais c’est l’étape la plus essentielle pour préserver le plus longtemps possible sa couleur. Autant te le dire tout suite : si tu veux de jolis reflets et pas une couleur fadasse, évite les shampoings bourrés de composants chimiques qui étouffent le cheveu (silicones, parabènes, et tout le tralala). Et même quand on ne souhaite pas se tourner vers le totally-bio, il existe ailleurs de très bons shampoings sans trop de cochonneries, et ça, on en trouve à tous les prix.

RED10

Mon shampoing du moment, c’est Siamese Water de Pañpuri. Il coûte quand même un bras (19 euros), mais j’en suis folle.  Je venais juste de finir ma gamme Phyto (superbe gamme pour les cheveux abîmés), et c’est LOdoesMakeup qui m’a donné envie de l’acheter (ouais parfois, faut assumer son côté « mouton »). Elle avait raison, Laura : cette douceur, cette odeur de jasmin, ses ingrédients d’origine naturelle… il a tout bon.

Chouchouter ses cheveux

Le masque ou l’après-shampoing posé en masque : étape o-bli-ga-toire. Que trépasse celle qui sautera cette étape. On réhydrate le cheveux, on le nourrit : un répartit son après-shampoing ou son masque, et on laisse poser (y’a pas de « j’ai pas le temps » qui tienne). Oui hein, surtout on laisse poser, si on le rince dans la foulée, à part un poil de douceur en plus, aucun bénéfice. Moi des masques, j’en ai testés à la pelle. J’ai même été déçue par le grand « Macadamia » qui casse pas des briques, avant de trouver une marque qui propose des conditionners et des masques naturels tout ce qu’il y a de plus chouette : Davines. J’aime en particulier les conditionners « Minu » (aux senteurs d’agrumes) et « Nounou » (celui que j’utilise en ce moment, aux senteurs citronnées et épicées).

RED9

« Nounou » s’occupe en particulier des cheveux endommagés, très secs. Je l’alterne avec « Minu » (qui illumine les cheveux colorés). Environ deux fois par semaine, je le pose après mon shampoing à dix centimètres des racines, et je l’étends jusqu’aux pointes. Ensuite, je sors de ma douche, j’enroule mes cheveux dans une serviette ou en chignon, et je vais glander m’occuper (regarder un film, faire le ménage, bloguer, jardiner…). Je peux laisser poser une demie-heure, une heure ou deux : quand je rince, mes cheveux sont au top. Les produits Davines sont hyper-légers, naturels, avec très peu de saloperies dedans (et en plus ils sentent le frais).

Redonner du pep’s à la couleur 

Si tu as les cheveux colorés et que tu ne connais pas encore les soins repigmentants, c’est que tu es à côté de tes pompes. Entre deux colorations, ils redonnent un peu de couleur à la fibre capillaire, ternie par le temps, les produits et l’eau calcaire. Le mien c’est le Soin Crème Sienne Brûlée de Mulato : fabriqué en France, il est sans parabènes, sans ammoniaque, sans silicones ni résorcine… il contient du beurre de karité bio, de la purée de carotte et de la purée de mûre et de cerise, et du mica. Dès que ma chevelure perd un peu de reflets et de son effet « waouh », je l’applique sur cheveux lavés et essorés et je le laisse poser quinze-vingt minutes. C’est miraculeux, c’est comme si je venais de refaire une couleur.

RED11

Le petit plus de ce soin, c’est qu’il s’adapte à nos têtes et se module selon la couleur initiale : par exemple, si j’avais voulu forcer mes reflets, j’aurais pu prendre le soin repigmentant reflets rouges ; et une blonde utilisant le soin aux reflets cuivrés aura donc une jolie couleur tirant sur le vénitien. Même les cheveux non-colorés peuvent s’amuser avec (je conseille particulièrement la teinte « Sienne Brûlée » aux cheveux châtains pour des reflets cuivrés discrets !). Et, truc de ouf, les soins peuvent se mélanger pour obtenir des nuances personnalisées. Ce soin tâche un chouille les peignoirs blancs, pensez-y.

De l’huile, de l’huile, et encore de l’huile !

De l’huile dans les cheveux, pour certaines c’est une hérésie. Pourtant le cuir chevelu et nos tifs ne demandent que ça : une bonne réhydratation en profondeur et des écailles resserrées ! Je te mets en garde tout de suite : si tu comptes nourrir tes cheveux à l’huile d’olive, ce n’est pas néfaste (au contraire), mais c’est sacrément la merde à rincer ensuite. Et ça pue (parole de l’adolescente que j’étais). Nan mais aujourd’hui, on a quand même cette chance incroyable d’avoir une offre de produits adaptée.

RED6

Depuis que je blogue j’ai découvert la célèbre huile capillaire de la marque Leonor Greyl, tu sais, celle qui cocotte le jasmin à mort. Mon mec a envie de mourir quand je la pose toute la nuit, mais qu’importe, elle me fait des cheveux canons, plus légers une fois lavés, ils sont doux, doux, mais doux ! J’aime son côté multi-usages (huile de protection capillaire solaire l’été et huile cocon l’hiver). Bon à savoir : le packaging a été revu depuis mon dernier achat, car l’appellation « Huile de Palme » faisait peur aux gens.

Comment je l’utilise ?

Principalement avant le shampoing. L’huile de Leonor Greyl fige au-dessous d’une certaine température : il faut donc plonger le flacon dans un fond d’eau chaude pour qu’elle se liquéfie. Ensuite, j’en verse au creux de ma main, et je la répartis sur mes longueurs que je peigne ensuite, avant de la laisser poser puis de procéder au shampoing. Moi, je la laisse poser toute la nuit, même que parfois j’en mets beaucoup exprès.

J’adore ce produit : il est formulé à base d’huiles naturelles (97% huiles naturelles et 3% de parfum), il est super efficace, et moi je trouve qu’il se lave bien (contrairement à d’autres blogueuses). Je fais un premier shampoing pour éliminer l’excédent du produit, puis un second, sans frotter, et ensuite c’est fou, j’ai les cheveux plus légers et plus volumineux, et surtout plus longtemps.

Pour finir…

L’entretien d’une « chevelure de feu » (dixit Sandra du blog Mon Billet Poudré) coûte son prix. En utilisant des produits un peu plus chers, j’ai aussi appris à prendre le temps avec mes cheveux : j’utilise moins de produit, je le répartis mieux, je le laisse poser, bref, je le rentabilise et ça marche, j’en veux pour preuve qu’il y a peu je me lavais encore les cheveux tous les matins alors qu’aujourd’hui je le fais tous les trois jours. Mon roux est d’autant plus beau.

Et si toi aussi tu tiens à passer au roux, je ne peux que t’y encourager : il existe autant de roux que de femmes, et chacun a sa particularité ! 

Like this on Facebook

  signature-fanny

12 Comments

  • je suis naturellement auburn et je valide à 100% les reflets fauves de Mulato . L’huile de palme de Leonor Greyl , je viens de l’acquérir , suis sûre que c’est un truc de ouf ….tout comme bcp de produits de cette marque . ce n’est que mon avis, mais je trouve que le roux te va mieux que le blond. bises

  • Tu me donnes envie de repasser au roux. Je l’étais il y a 5 ans et j’adorais. Bon après c’est un peu plus difficile à entretenir pour moi vu que je suis bien brune. Mais le résultat est tellement joli sur toi. Bises

  • Bon bon bon… j’ai survolé ton billet hier et je repasse par là (comme promis!) … je suis désolée ces temps ci j’ai toujours un train de retard!
    Je ne suis pas rousse et je ne me vois pas faire ce genre de couleur sur mon teint mais tu sais à quel point j’aime quand tu as cette crinière de feu!
    Quoi qu’il en soit, j’ai adoré lire ta routine…j’adore les soins Mulato pour repigmenter un peu la touffe et donner de jolis reflets. Et puis cette huile Leonor Greyl …depuis le temps que je la vois passer sur le net…mais j’ai pas le budget…dommage pour moi..
    En ce qui concerne la marque Davines, j’avais reçu un shmapooing dans une box il y a bien deux ans et je ne l’avais pas du tout aimé…donc je reste sur cette idée là alors que bon…un produit n’est pas l’autre!
    Et puis, je suis d’accord avec toi sur les idées reçues sur les colos de supermarché…faut vraiment juste bien regarder ce qu’on a déjà sur la tête…moi je ne jure que par la casting crème gloss (brownie) qui m’offre de super reflets …j’en ai testé plein d’autres et rien à faire je reviens toujours à celle là qui ne me détruit pas les tifs! Ah d’ailleurs, petit conseil : fuis les Olia si jamais un jour il te venait l’envie de tenter…j’ai perdu plein de cheveux (déjà que j’ai un soucis hormonal qui me fait perdre mes cheveux, j’étais pas ravie) et ça m’a désseché toute la touffasse! Aller gros bisous ma sirène!

    • Ah ouais ? Les Olia ? J’en entend que du mal, mais je pensais pas que c’était à ce point là. Et les colorations Castings sont magnifiques mais elles ne sont pas permanentes alors ça me freine ! Bisous ma caille.

  • Il faut dire que cette couleur te va tellement bien !
    Tu as bien fait de succomber !
    Tu prends super soin de tes cheveux ! Dommage que je n’ai pas autant de patience :/
    Bisous !

  • Salut à toi !

    Après 24 ans de blond/châtain, je vais passer au roux ! Et oui, c’est une idée que j’ai depuis plus de 2 ans maintenant et je vais enfin passer le pas ! Mais j’angoisse un peu depuis que j’ai lu ton blog :
    Y a-t-il autant de contraintes que cela à être rousse ? je veux dire, les soins et tout le tralala ?
    Je suis à la recherche d’un emploi donc le budget est plus que serré (pour ne pas dire étranglé, glurps)donc pour le moment je me contente de shampoing renforçant pour cheveux abimés et d’un conditionner bio, puis d’une huile à base d’argan pour mes pointes.
    Mes cheveux sont TRES indisciplinés avec une tendance à l’enmêlage immédiat ! Mais je ne les brosse que 2 à trois fois par semaine car brossés, mes cheveux ressemblent aux poils d’un caniche sortant du toilettage …
    Qu’en penses-tu ? Suis-je apte à porter le roux de mes rêves ? As-tu quelques conseils de plus à me donner ?

    PS : Le roux te va tellement bien !!! j’envie grrrrrr ! :p

    • Hello Cha,

      Je vais tenter de te répondre : Tu peux sauter le pas du roux sans problème, même avec un petit budget. Si tu ne te laves pas les cheveux souvent, la couleur dégorgera doucement, et tu pourras la refaire tous les deux mois avec des colorations maison en racines. Le soin repigmentant que j’utilise n’est pas une obligation ! J’ai passé dix ans sans en faire. Je vais très rarement chez le coiffeur, et je pense qu’on peut s’en sortir seule. Tu n’auras un roux très intense qu’après deux ou trois couleurs, au bout de quelques mois (je veux dire, un roux qui reste même si tu veux le recouvrir d’un marron). Si un jour tu repasses au châtain, tu garderas d’abord quelques reflets.
      Sache que si tu vas vers un cuivré, tu auras moins d’entretien que dans les tons rouges/auburn. Je te conseille de sauter le pas sans hésiter, à chaque fois que je change pour un blond ou un brun, je reviens toujours au roux ! Bisous

Laisser un commentaire :