Le Pouvoir du Maquillage – TAG

MAKEUP5

Le TAG « The Power of Make-up » s’est démultiplié sur la blogosphère depuis plusieurs semaines ; je parcours les articles et les vidéos des unes et des autres et je découvre des visages sans maquillage, des filles courageuses qui assument leurs regards nus avec force, de quoi fracasser les clichés à propos des youtubeuses et blogueuses. J’ai été invitée à réaliser ce TAG par la chouette Mélissa du blog Golden Wendy. A l’origine, il a été créé par NikkieTutorials ; je l’ai traduit pour le titre de mon article en français ; « Le Pouvoir du Maquillage » , ça sonne frenchy, ça fait pas dans le blingbling, ça colle bien à ce que j’aime.

Ma relation au Maquillage ?

Comme toutes les petites filles, j’ai eu des palettes de maquillage d’enfant, toutes pourrites, aux fards-crèmes bien gras et qui sentent le plastique. J’aimais beaucoup me peinturlurer la face, et quand je tombe sur des photos d’antan, je me dis que c’était pas une réussite.

Mais mon véritable amour du make-up vient de ma grand-mère, je pense. Elle vivait en France et moi aux Antilles ; quand j’ai eu onze, douze ans, elle m’envoyait régulièrement des petits colis Yves Rocher avec des cosmétiques de la gamme « Luminelle » qui est très girly : petits vernis à ongles, gloss transparent (ouais, le truc collant à la mode à l’époque)… Ma grand-mère est une femme coquette, qui s’est toujours maquillé. Lorsque j’étais chez elle l’été, farfouiller dans ses tiroirs à make-up était un de mes petits plaisirs : elle avait tout ! Je lui sous-tirais en douce les crayons et rouge à lèvres, je lui suppliais de me donner ci ou ça… et elle adorait ça ! On partageait cette passion en flânant dans les rayons make-up des supermarchés ou les boutiques spécialisées.

MAKEUP3

Au collège, j’ai commencé à me mettre un peu de poudre car j’étais complexée par mes pores dilatés (alors qu’honnêtement, ma peau était très belle quand j’étais ado, mas que voulez-vous, je la voyais dégueulasse du haut de mes treize, quatorze ans). Je mettais essentiellement du mascara. A l’époque du lycée, j’ai commencé à poser du fard sur mes paupières, par contre, je détestais le rouge à lèvres, dont la passion m’est venue bien plus tard. Je trouvais que le rouge à lèvres, ça ne servait à rien, ça ne tenait pas, ça faisait pouffe… Hérésie : je ne pourrais plus sortir sans aujourd’hui.

Je me suis surtout maquillée à l’époque où j’ai posé pour des photos, essentiellement d’inspiration Burlesque & Cabaret. Plus tard, quand j’ai commencé à chanter et à jouer dans des spectacles type comédies musicales, je suis allée plus loin dans le make-up : liner, faux-cils et tout le tralala.

Aujourd’hui, le maquillage est essentiel pour moi, aussi bien pour le bien-être qu’il me procure que pour camoufler mes imperfections (hé oui, j’approche de la trentaine : c’est humain de ne pas aimer les petites tâches qui apparaissent au fil du temps). Le matin, j’ai beau me lever à cinq heures, j’aime prendre le temps de travailler mon teint, ma bouche, et de tracer au moins un trait de liner. Mais si je ne devais garder qu’un seul produit, ce serait le mascara : il habille un visage avec si peu d’efforts !

MAKEUP4

Le Pouvoir du Maquillage

Lorsqu’on se maquille, les premières critiques venant des parents, amis, et puis les garçons (quand on est ado, mais pas que), tournent toujours autour de la « superficialité » et du fait qu’en se maquillant, on camoufle ou « cache » une partie de soi… Mentir ? Oui, avec un bon maquillage technique, on peut aisément mentir sur l’état de sa peau, son âge… mais à quoi bon, puisque le maquillage est un état éphémère et que la vérité nous rattrape toujours ?

La jeune femme qui se maquille ne pense même pas à ça, elle ; et je ne sais pas si vous, femmes maquillées, êtes d’accord, mais le maquillage est avant-tout un moment où nous « habillons nos atout et nos défauts ». Un peu comme pour le port d’un bijou, on vient souligner les yeux qu’on a déjà, la bouche qui est la nôtre.

C’est aussi et surtout un moment à nous, un rituel bienfaisant, comportemental, presque religieux. Sans compter que le fait de collectionner le maquillage procure également un bien-être psychologique, comme toute collection ; ce sentiment de détenir des trésors précieux est un repère pour des millions de femmes (ben ouais, je travaille en psychiatrie, autant que la psychologie me serve un peu pour analyser nos pratiques de gonzesse).

Et puisque chez les beauty-addicts le maquillage est l’affaire de toutes, je vous invite à réaliser ce TAG et à montrer un peu de votre visage tout nu, si vous avez un blog ou une chaîne Youtube, ou tout simplement en taggant #PowerOfMakeupTAG sur les réseaux sociaux.

Et vous, quelle est votre relation au maquillage ? 

Like this on Facebook

  signature-fanny

4 Comments

  • j’essaie de rester « naturelle » et pourtant , pas un jour (ou presque ) sans mascara , anticerne ou ral ….non, ce n’est pas de la triche non plus, c’est juste pour être à mon avantage plutot que l’air fatigué , le teint terne et les lèvres trop claires à mon goût….
    bises

  • J’ai beaucoup aimé ton article, cette rétrospective de ton rapport au maquillage 🙂
    Je pense comme toi que si le maquillage peut permettre de cacher/transformer, la vérité finit par nous rattraper une fois démaquillées donc à quoi bon ? C’est pour ça que je vois plus le maquillage comme une façon d’embellier, de sublimer plutôt que de camoufler.
    On agrandit ses yeux, on redéfinit sa bouche, on donne un peu de lumière à son teint etc …
    Le demi-maquillage que tu as réalisé est magnifique en tout cas ! 🙂
    Bisous
    Elodie

  • Le problème c’est qu’on n’est pas encore dans un stade de la civilisation où les femmes peuvent faire ce qu’elles veulent sans être critiquées. Tu te maquilles? On te met l’étiquette de « pouffe ». Tu ne te maquilles pas? « Tu ne prend pas soin de toi-même ».

    Il faut arrêter un peu, et laisser les gens vivre.

    Bonne journée.

  • Je pense qu’il faut aussi appréhender le maquillage comme un jeu
    Jouer avec les couleurs, les texture, ce n’est pas juste un camouflage
    Il ne faut pas que ça empêche de se sentir belle au naturel
    On doit pouvoir s’accepter quelque soit notre mine du jour, nos envies du moment, avec ou sans maquillage
    Tu es ravissante avec et sans make up 🙂
    Les photos sont tops !
    Bisous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *