Je Blogue donc je Doute

Blog

Dans le grand univers intergalactique de la blogosphère, je suis assez active. J’essaie d’être régulière, malgré mon travail particulier, de vous lire assez souvent et de laisser des commentaires quand le sujet est parlant. Je me rends le plus souvent possible à des invitations des marques ou des événements beauté et bien-être, j’ai cette chance de pouvoir découvrir des tas de produits voire de les tester… qui s’en priverait ?

Le monde de la beauté et du bien-être sont une sorte de refuge pour moi, je m’y plonge d’autant plus avec plaisir lorsque j’ai passé des jours entiers au travail, dans un service hospitalier de psychiatrie.

Après douze heure non-stop de soins et d’activités intenses, après avoir engagé physiquement une lutte contre moi-même, lutté contre le sommeil qui me berce encore à six heures du matin alors que je commence mes soins, lutté contre le mal de dos lorsque je soulève un patient… après ces journées-là, il m’est indispensable de me recueillir dans la bulle parfumée de la blogosphère féminine, pleine de rose, de douceur, de fards et de crèmes.

Pourtant, parfois, je l’avoue, je suis trop épuisée pour blogger pleinement. C’est un épuisement physique, mais surtout moral, une sorte de nostalgie qui me gagne, du temps où j’étais encore vierge de toute idée macabre, où j’ignorais encore ce qu’était vraiment un corps qui souffre, une âme torturée, une maladie mentale, des tocs, ou de la mutilation, cette époque où je n’en n’avais qu’un vague cliché de mauvais film d’épouvante. Là, quand j’ai tout donné, je suis incapable de me donner le coup de pied aux fesses pour prendre de jolies photos, pour mettre en page un article, je me contente de sélectionner les quelques articles de vos blogs qui me tentent et je procrastine devant (et, accessoirement, je scrolle twitter, instagram, et la page fb de mon blog).

Mon rapport à la blogosphère, je le ressens comme un lien sincère, puisque nécessaire et vital. J’ai besoin de ce monde comme thérapie, j’ai besoin de cette futilité pour me retrouver : pourquoi, alors, mentirais-je ? Je ne m’imagine pas un moment me mettre en scène, ni me faire une infidélité à mon comportement habituel. Mon blog et mes réseaux sociaux reflètent qui je suis. Je ne suis pas riche. Je ne suis pas couverte de cadeaux des marques. Je ne suis pas sportive. Je ne suis pas de toutes les soirées. Je ne pense pas que chaque instant banal de ma vie vaille le coup d’être raconté ou photographié. Je préfère également privilégier ma vie privée et couper mon téléphone dans les bons moments, que de les partager. Je pense être quelqu’un de sincère et blogger avec passion, sans mécanisme.

Pourtant, je doute.

Mon blog va fêter ses deux ans. En deux ans, j’ai pu pénétrer l’antre sombre du coin de la blogosphère où l’on se rend compte de la face cachée de la beauté. Des blogueuses du début de mon aventure, heureusement, il me reste de merveilleuses copines, mais beaucoup ont pris un chemin où je ne m’aventurerai pas. Des faux sourires, des avis menteurs sur des produits, des discours qui changent radicalement du jour au lendemain… Puis, au détour de ces chemins, des sentiers d’immenses léchages de fesses entre marques et blogueuses, entre blogueuses et blogueuses, les unes crachant sur les autres dès que l’occasion se présente. (D’aucuns me diront que tout ça n’est que « jalousie », mais je ne pige pas bien comment la jalousie et la compétition jouent un rôle si important dans un milieu ou finalement, nous sommes toutes considérées de la même manière par les marques).

Le doute m’habite.

Faut-il que je donne du « ma chérie » à n’importe qui pour qu’il daigne me répondre ? Faut-il que j’organise des concours à tout-va où j’attirerai des tas d’abonnées qui ne liront jamais une seule ligne de ce que je me fait chier à pondre ? Faut-il que je rédige des candidatures avec curriculum blogae et que j’assaille les marques avec pour continuer d’exister dans ce milieu ? (Et c’est là que je glisse que j’ai été shortlistée aux Golden Blogs l’an dernier).

Parfois ouais, je m’assieds face à mon ordinateur, pleine d’intention de blogger, et puis, je soupire. (Et je facepalme).

Aujourd’hui, je soupire.

(Mais demain, ça ira mieux).

Like this on Facebook

  signature-fanny

18 Comments

  • Oh… « ma chérie » (sorry c’était plus fort que moi)
    Que je comprends tes doutes. Oh oui que je les comprends. J’ai eu ces même doutes qui ont duré duré duré duré… Pendant des mois et des mois encore. Depuis 1 mois je retrouve enfin le goût de bloguer. Tu sais ce que j’ai fait ? Je suis revenus aux essentiels. J’ai arrêté tous mes partenariats (même les plus gros) et j’ai repris du début. De ce qui me faisait plaisir, sans prendre en compte les lecteurs, les blogueuses, les marques. Juste moi.
    Et j’ai repris plaisir petit à petit. J’ai écris un premier article. Attendu 3 semaines pour en écrire un autre. Puis le 2eme est arrivé 10 jours après, et le suivant se sont rapprochés. Petit à petit, j’ai repris goût à ça, et je me suis réouverte des portes, avec d’autres partenaires, et des nouvelles envies. Je me suis dis « zéro limite », j’écris comme je veux, avec ou sans photos, avec mes mots, mes humeurs.
    Enfin voilà, tout ça pour dire que je suis passée par la même remise en question que toi, et ce qui m’a fait du bien, c’est d’envisager d’arrêter. De fermer des portes. De clôturer des chapitres. De ne pas publier pendant X temps sans m’excuser à qui que ce soit, et prendre mon temps.

    Courage dans cette remise en question !

    • ça fait du bien de lire ça ! Merci pour ton commentaire encourageant et ton partage d’expérience, « ma chérie » !

  • Un joli billet à coeur ouvert, ma chérie! MDR
    Comme je te comprend, pourtant il faut apprendre à mettre de côté ce qui ne nous plaît pas. A faire les choses par passion et comme on l’entend. Je prend de plus en plus de plaisir dans la photo par exemple mais aussi à poser pour faire des clichés sympas et je me fiche des mails qui insinuent que je me la pète et que je devrais pas parce que je suis pas jolie. Peu importe, il y a aussi des gens qui aiment te lire, qui t’apprécient toi, la personne que tu es avec tes coups de blues mais aussi ton humour.
    Je te suis depuis la première goutte de vernis coulée sur ce joli blog et crois moi c’est toujours avec beaucoup de plaisir et d’admiration (un peu de jalousie) pour ces jolis maquillages colorés si bien estompés.
    Bravo pour tout ce chemin accompli, ce n’est que le petit blues qu’on rencontre toutes, crois moi!Demain tu te réveilleras avec le filtre qui ne laisse passer que les choses coolos.

  • Je suis une blopine indigne en terme de commentaires, mais je ne pouvais décemment pas ne pas commenter ce billet…
    Avant toute chose sache que cet article m’a touché, j’ai eu un pincement au coeur et peut-être les yeux un peu humide (mais cela il ne faut pas le dire chuuut). Cela me touche autant parce que l’on sent tes doutes, ta détresse derrière ces mots et je n’ai pas ça chez les blopines.
    Je ne peux pas te dire que je comprends tout car je suis loin d’avoir le même métier et d’éprouver la même fatigue physique et moral après une journée de travail mais pour autant je peux imaginer comme tu dois être fatiguée et lassée par moment de la blogosphère, des chemins que prennent certaines, des attitudes. Je peux comprendre que tu te poses des questions. Je m’en pose aussi. Pas actuellement, mais je m’en suis posée et je sais que cela arrivera. J’ai presque envie de dire que c’est normal ce genre de petit passage à vide. Normal dans le sens où cela permet de se recentrer sur ce que l’on veut réellement et de se poser des questions.
    Toute la blogosphère n’est pas parfaite, il y a même des côtés peu reluisants, mais j’y trouve suffisamment de positif pour continuer avec le coeur, partager avec mes blopines.
    Du coup je me sens un peu coupable aussi, de ne pas être suffisamment active sur ton blog, alors que je le lis, parce qu’un petit mot, un commentaire, je sais que cela donne un sourire et que cela peut mettre du baume au coeur après une journée éreintante..
    En tout cas, sache que tu es blogueuse que j’apprécie, je ne veux pas que tu doutes. Je ne suis pas une marque, ni une blogueuse célèbre, je suis juste une lectrice nulle à chier pour les commentaires mais qui te lis assidûment…
    Gros bisous.

  • Très bel article, plein de sincérité et vérité. J’ai beaucoup aimé le lire et mieux te découvrir.
    Soit persuadée que ton naturel et ton honnêté valent toutes les soirées marques du monde !
    Bises
    Aurore

  • L’essentiel est de rester soi-même et de ne jamais oublier pourquoi on a fait son blog, avant tout pour soi
    Moi aussi je doute parfois, à quoi bon, à quoi ça rime, qu’est-ce que ça m’apporte
    Continue à te dire que cela t’apporte de la confiance en toi, un refuge et une page blanche à écrire chaque jour sans se soucier de ce que pensent ou font les autres
    C’est un article très sincère, bravo !

    Courage mademoiselle 🙂

  • Salut Fanny,

    C’est rigolo mais avant cet article, je ne suis pas sûre d’être vraiment passée par chez toi un jour. Pourtant, je te connais, je vois ton nom sur les réseaux, etc. Je sais qui tu es. J’ignorais qu’on avait commencé de bloguer ensemble, mon tout premier article à été publié le 24 mai 2013 🙂

    Je travaille dans un domaine saturé : la communication. J’ai alterné des phases de durs labeurs et d’autres de chômage. Dans ces secondes vagues, j’ai été une « bonne blogueuse », je publiais beaucoup (jusqu’à une fois par jour, hey-hey) et je commentais beaucoup. J’essayais de me maintenir quand je travaillais à côté aussi. Mais depuis 6 mois, j’ai un vrai travail. Un travail où on va me garder 😀 mais aussi un travail chronophage, à une heure de route de chez moi. Autant dire qu’en semaine, je suis très peu présente sur la blogo. Ça ne m’empêche pas d’avoir envie de rester par là. Mon blog, c’est un peu ma petite entreprise : j’y suis libre, je choisis mes sujets, le traitement de mes photos… c’est mon souffle d’air futile, mon loisir préféré ! Comme pour toi (bien que nos métiers ne soient pas comparables), c’est mon sas de décontraction.

    Je comprends tes doutes et je comprends ton agacement aussi. Quand je vois du clash (sur twitter souvent), je ne comprends pas. Chacune est libre et surtout, on s’en fout de ce que fait machine. Je viens ici pour la légèreté, pas pour la cour de récré. C’est ce qui me saoule le plus et qui pourrait éventuellement me faire douter… mais en fait, j’aime trop être ici pour laisser la place au doute 😉

    En tout cas, ton article est divin, merci pour ce partage qui m’a fait te découvrir, maintenant, je vais devenir psychopathe à mon tour en te suivant de partouuuut mouahahah !

    Bisous-cœur ma chéwie 😉

    • Ton message m’a fait du bien. Tu sais, moi c’est pareil, je ne prends pas assez le temps de m’arrêter sur les blogs. Et je viens de me promettre de m’accorder du temps pour le faire désormais 🙂

  • Hey ! Je sais que je viens te lire très tard, mais mieux vaut tard que jamais, hein!

    Je pense qu’on a toutes nos moments de doute, et tu as raison de les partager. Comme ça nous, on a le droit de lire un article sincère et honnête (et c’est tellement rare dans la blogosphère beauté!). Parce que oui, il y a du mauvais dans cette blogo, les hypocrites, les filles fausses, celles qui blog juste pour gagner des abonnées, avoir des produits etc… mais heureusement il y a de bons côtés, et c’est ce qui fait continuer chaque jour au final. Je suis passé aussi par des périodes de vide, où je publiais 1/2 articles par mois et d’autres où je publiais par obligation … et puis un jour je me suis dis que c’était pas ça bloguer, et maintenant je publie quand j’ai l’envie et le temps. Et depuis je prend tellement plus de plaisir!
    Par exemple, là je suis censé vouloir écrire un article à publié aujourd’hui et je ne l’ai pas commencé…bah tant pis ce sera pour demain ! Je pense que personne ne peux te blâmer de ne pas écrire de temps en temps, et surtout pas toi ! Ca nous arrive à toutes …
    Et puis après on reçoit des gentils messages & commentaires, on rigole sur twitter, on passe un weekend à Disney (hiiii) et là on se dit que ouais, y’a que ça à retenir et que ça vaut le coup 🙂

    Et lire le blog des copines (même à la bourre), ça aussi c’est le petit plaisir de la semaine … 🙂
    Plein de bisous!

  • J ai un bébé blog. J ai participé par chance a deux événements beauté. J ai vu en effet certaines blogueuses exiger des produits a des marques. J ai vu des regards peu sympathiques. Mais j ai aussi eu la chance de te croiser. Et d être accompagnée. Ne gardons que le positif si cela est possible. Je te remercie pour ton article. A ton image sincère et vrai.

  • J’ai beaucoup aimé cet article. Perso je commence et je ne suis pas et ne peux pas etre touchee par tous ces aléas du microcosme de la blogosphere beauté puisque je suis blogueuse beauté dans le sens où je tiens un blog là dessus mais pas au sens noble du terme en termes de qualité, mais je le fais justement par ce que ça me fait du bien. Mais comme dans tout ce qui met en relation des gens, y aura toujours de l hypocrisie, des préjugés, etc

    • Je n’ai pas de conseil à donner, mais sache que je reviens plus facilement vers les petits blogs plein d’authenticité, très « journal intime », plutôt que vers les gros blogs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *