Ma tronche : Une histoire tirée par les Cheveux

Mes cheveux ont toujours été très longs, épais avec une tendance à l’ondulation, et  souples (en langage-beauté, ça veut dire qu’ils prennent la forme qu’on leur donne, ce qui est bien quand un coiffeur les boucle ou les lisse, mais mal quand je pose un serre-tête, un accessoire, un élastique, pendant plus de cinq minutes, sans quoi je me retrouve avec la marque dudit objet, et les cheveux se plaçant dans l’ordre où l’on les a rangé).

Une fois, je les ai coupés tout court. C’était joli et dynamique, mais je préfère me cacher derrière mon style « cousin machin ».

Toujours est-il qu’à 27 ans, je me colore les cheveux depuis une dizaine d’années. Je crois qu’ils étaient blond foncé au début de ma vie, un peu cendré, mais je ne suis pas sûre de bien me souvenir.

Durant cinq-six ans, ils ont été blonds, à base d’effets méchés. Parfois, je suivais les tendances en glissant quelques mèches chocolat dans le blond, ou bien cuivrées. Mais je restais toujours « la blonde ».

Et puis un jour, on se rend compte qu’on vit avec une personne qui nous ment, qui se ment à elle-même, alors on se colore les cheveux en brun (ici l’imagination vous laissera trouver une corrélation adéquate).

Ce qui donne quelque chose de bien mais pas top.

 

J’ai bien tâtonné pendant deux ans, entre les châtains et les bruns, et je suis allée jusqu’au violine bien foncé. Enfin, j’ai touché le fond de la piscine quand j’ai eu un mètre de cheveux roses fluos sur le crâne, durant quelques mois. Autant vous dire qu’à ce moment-là, si l’on suit la proportionnalité « Couleur de Cheveux / Vie sentimentale », c’était le néant.

 

Un jour pourtant, il a bien fallu que je trouve une couleur convenable pour passer, sinon inaperçue, « moins aperçue ». Je ne sais plus trop comment je suis arrivée à un résultat « cuivré » qui a réussi, dès le premier jour, à me faire me sentir Moi ; une correspondance parfaite entre mon état d’esprit tout-feu-tout-flamme, et mon côté chaleureux… Cuivré, orangé, ou alors un peu plus rouge, j’ai changé de ton sans changé de gamme :

Pour moi, ce sera un Roux. Oui, ce sera tout. Merci.

 COLOR

 

Depuis quelques années, mon Roux fétiche est le « Rouge Brocard » numéro 845 de Schwarzkopf, qui est un rouge clair aux reflets orangés brillants, et parfois je craque pour le « Rouge Cuivré » numéro 843, un peu plus foncé, mais avec des reflets chauds.

Je colore mes cheveux en général toutes les quatre ou cinq semaines. Entre deux colorations, je prends bien soin de ma couleur : le roux, c’est obligatoirement de l’entretien si on veut obtenir le côté « Little Mermaid » (sinon, c’est le plutôt « Little Mémère »).

 

FGFGFG

 

 

 

Le Quotidien de ma Kératine :

Au quotidien, je bichonne. Un shampoing tous les jours ou tous les deux jours (et oui, c’est beaucoup, j’ai déjà essayé de décrocher mais je suis droguée à l’effet « racines fraîches »), et trois fois par semaine, un masque que je laisse poser. Et puis, il faut tartiner les pointes de sérum.  Je n’ai pas de marque favorite, j’essaie de tester chaque mois plusieurs shampoings et masques que j’alterne, et plusieurs huiles/sérums. Pour finir, il m’arrive de laisser mes cheveux respirer, sans rien mettre dessus, parce que bon, faut pas pousser mémé dans le silicone.

 

  signature-fanny

10 Comments

Laisser un commentaire :